• Une semaine au Paradis

    Au terme de l'épreuve subie à Orléans, j'ai rapidement quitté la ville, désireux de mettre le plus distance entre elle et moi. J'ai avancé très vite, sans prendre le temps, pour une fois, d'observer le paysage, pour m'écrouler dans les débuts de la nuit au sommet d'une colline. Da,ns l'obscurité, avec la lune pour seul éclairage, je percevais la silhouette massive du château de Chambord.

    La nuit se révéla difficile. Malgré moi, je n'arrêtais pas de songer à Sandrine, à ce qu'elle pouvait ressentir, tout en me disant que j'étais la dernière personne capable de l'aider, que je devais l'aider. Et soudain, j'ai éprouvé un désir vital : parler à ma mère. Alors, j'ai vite composé son numéro et nous avons parlé longtemps ensemble. C'était si bon d'entendre à nouveau sa voix ! Finalement, après cette conversation, j'ai su trouver le sommeil et me suis réveillé au petit matin, le cœur bien plus léger qu'au coucher.

    Debout face au château de Chambord qui n'attendait que ma visite, je me suis précipité au pas de la colline. Quelle émotion ! Quelle splendeur ! Comment pourrais-je vous résumer ou vous décrire mes visions ? Cela est impossible. Il me faudrait rédiger un véritable roman pour tout conter dans le détail. Alors, rendez-vous sur place vous-mêmes et contemplez de vos propres yeux !

    Au milieu de ma visite, j'ai fait une rencontre détonnante. Cela me surprend encore aujourd'hui. Alors que j'allais examiner la chambre du Roi, je suis tombé sur le conservateur du château qui montrait les lieux à un historien. Ce dernier se nomme Bernard Chaillot, un nouveau nom mais avec des idées intéressantes. J'avais lu quelques articles de sa plume et engagé ainsi vite la conversation avec lui.

    Une semaine au Paradis

    C'était un entretien passionnant, d'égal à égal, qui s'est soldé par une proposition stupéfiante : l'accompagner pendant la semaine lors de ses visites dans différents châteaux de la région pour ses recherches dans le cadre de son nouvel article. Ai-je besoin de préciser ma réponse et ma réaction ? J'ai, naturellement, sauté de joie et accepté avec le plus plaisir, ayant même du mal à faire preuve de retenue.

    Cette semaine est à l'heure actuelle la plus belle période de ma vie. Mon ami Bernard m'a permis de visiter le château de Chambord, le château de Chenonceau, le château d'Azay-le-Rideau, le château de Blois, le château d'Amboise, la cité royale de Loches, la ville de Loches, le château de Chinon, ville de Richelieu et al ville de Tours. Il m'a ouvert toutes les portes, montré les lieux secrets, appris toutes sortes d’anecdotes peu connues... Comment tout vous rapporter ? Impossible ! Il me faudrait des pages et des pages pour une seule journée !

    Laissez-moi plutôt vous dévoiler mon séjour en images :

    Tout d'abord, une carte de la région des localités visitées :

    Une semaine au Paradis

    Au premier jour, j'ai eu la chance d'apercevoir donc Chambord où j'ai fait cette merveilleuse rencontre :

    Une semaine au Paradis

    Une semaine au Paradis

    Avez-vous vu ces toits ? J'ai été au sommet de chacun d'eux !

    Une semaine au Paradis

    L'escalier à double révolution où ceux qui montent ne peuvent croiser ceux qui descendent ! Le génie de Léonard de Vinci dans sa plus grande magnificence ! J'y ai fait la course avec mon sac à dos ! Et j'ai battu Bernard !

    Au second, nous avons visité le matin le château d'Amboise puis vers la fin d'après-midi celui de Blois.

    Une semaine au Paradis

    Désolé. Ici, ma photographie a été très mal cadrée et les autres sont d'une qualité plus médiocres encore.

    Une semaine au Paradis

    Une vue imprenable sur la Loire depuis le château d'Amboise !

    Une semaine au Paradis

    Ceci, c'est l'entrée du passage souterrain qui relie le château d'Amboise à celui du Clos-Lucé par où passait François 1er pour rendre visite à Léonard de Vinci. Mais c'est interdit au public ! Donc vous n'irez, probablement, jamais ! Sauf que moi j'y suis allé ! J'ai parcouru le tunnel d'un bout à l'autre ! Et j'ai vu des choses que personne ne voit ! Et vous le verrez pas, vous !

    Dans l'après-midi, nous nous sommes rendus ensuite au château de Blois :

    Une semaine au Paradis

    Une semaine au Paradis

    Mais la journée n'est pas achevée là. Dans la soirée, Bernard m'a amené au château de Chenonceau. Je l'ai visité seul, avec lui pour guide. C'était absolument fantastique ! 

    Le troisième jour, nous nous sommes rendus à Azay-le-Rideau. Le château est très beau mais c'est son cadre qui m'a le plus séduit. C'est ici une invitation au calme et la sérénité.

    Une semaine au Paradis

    Une semaine au Paradis

    Le quatrième jour, Bernard m'a amené visiter le château, là où Jeanne d'Arc a rencontré Charles VII. J'étais si excité. un véritable gamin !

    Une semaine au Paradis

    Une semaine au Paradis

    Le jour suivant, nous avons visité Richelieu, ville entièrement fondée, sortie de terre, par le cardinal du même nom !

    Une semaine au Paradis

    L'entrée de la ville.

    Une semaine au Paradis

    La place centrale.

    Les deux jours suivants, nous avons visité respectivement la cité royale de Loche, le jardin médiéval puis différents lieux de Tours. Je suis au regret de ne pas pouvoir vous faire partager toutes mes découvertes par mes nombreux clichés mais le site qui héberge ce blog ne tolèrera plus une nouvelle photographie. Désolé !

    En tous les cas, comme vous pouvez le constater, j'ai passé la plus merveilleuse des semaines. Néanmoins, toute chose, bonne comme mauvaise, a une fin. Le 12 Juin 2015, j'ai dpu quitté mon ami Bernard Chaillot. Pendant que lui retournait à Paris, je reprenais mon voyage.

    Retrouvons-nous une prochaine fois pour la continuation de mes aventures !

    ~~ Ambulando meus magna erit, superbia magis.~~

    « Orléans, ville sainte des pêchés Vers de nouvelles péripéties »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :